20 octobre 2020

Sujets d’entraînement (vacances de Toussaint)

Par André Bayrou

Voici cinq sujets donnés en colle pour vous exercer en autonomie à la dissertation, en particulier à l’analyse du sujet (réseau lexical, reformulation de la thèse, pistes de discussion) et à la construction du plan. Certaines notions se retrouvent dans plusieurs sujets, mais il convient de les aborder différemment selon les termes de l’énoncé de départ : il faut toujours se garder de « plaquer » sur un sujet des constructions toutes faites élaborées sur un autre.

Pensez à relire la fiche de méthode pour ajuster vos réflexes dans cet exercice.

À la fin de chaque citation, vous pouvez imaginer la consigne suivante :

En envisageant toutes les implications de cette remarque pour réfléchir à la « force de vivre », vous présenterez une démonstration articulée qui prendra appui sur des exemples précis tirés des trois œuvres au programme.

Sujet Giono

Dans son roman Le Hussard sur le toit (1951), où les héros se débattent avec une épidémie de choléra dans la Provence des années 1830, Jean Giono évoque « ces convulsions d’égoïsme dans lesquelles, la plupart du temps, les vivants reproduisaient, par une sorte de singerie luciférienne, les convulsions d’agonie dont ils avaient eu le spectacle » (Gallimard, 2020, p. 193).

Sujet Grimaldi

Un essayiste contemporain observe : 

« Parce que toute vie tend à déborder d’elle-même, il n’y a pas d’existence qui ne sente sa solitude comme une réclusion. Chacune aspire à ce qu’elle peut diffuser ou transfuser d’elle-même dans une autre. » (Nicolas Grimaldi, Métamorphoses de l’amour, Grasset et Fasquelle, 2011).

Sujet Jullien

En examinant l’imaginaire diffusé au long cours dans nos mentalités par les récits de conversion religieuse, un philosophe contemporain, spécialiste de la culture chinoise, se montre sceptique :

« […] il n’y a point de voile dont on puisse espérer que soudain, sous quelque catastrophe, il se déchire en laissant paraître par derrière une Vérité. » (François Jullien, Une Seconde Vie, Le Livre de Poche, « Biblio essais », 2017, p. 15.)

Sujet Unamuno

Le philosophe espagnol Unamuno écrit au début du XXe siècle :

« Dans l’amour, et par l’amour, nous cherchons à nous perpétuer, or, nous ne pouvons nous perpétuer sur terre qu’à la condition de mourir, d’abandonner notre vie à autrui. Les plus petits anilmacules, du règne animal de l’infiniment petit, se multiplient par division, en se séparant d’eux-mêmes, autrement dit : en cessant d’être ce qu’ils sont. » (Miguel de Unamuno, Le Sentiment tragique de la vie chez les hommes et chez les peuples (1913), VII, 4, traduction et édition numérique, Olivier Gaiffe, 2011, p. 260.)

Sujet Amiel

Un écrivain suisse contemporain de Victor Hugo note dans son journal intime :

« Pour les choses capitales de la vie, nous sommes toujours seuls, et notre véritable histoire n’est à peu près jamais déchiffrée par les autres. La meilleure partie de ce drame est un monologue ou plutôt un débat intime entre Dieu, notre conscience et nous » (Henri-Frédéric Amiel, Fragments d’un journal intime, Paris, Stock, 1927, t. I, note du 27 octobre 1856, p. 105.)